------------Le Paris Nice de Cécile du 14 au 23 juin 2017-------------

 

 

Quelques mots pour vous donner des nouvelles de mon Paris-Nice. Celui-ci s'est parfaitement déroulé, en fait comme je n'aurais osé l'espérer.

 

C'était la première fois que j'effectuais un tel périple avec autant de kilomètres et surtout autant de dénivellé en 10 jours (environs 1500 kms et 28000m de dénivellé).

 

J'ai effectué tout le parcours du programme, sauf l'ascension du col de Finestre, un morceau que j'avais du reste déjà marqué avant de partir car ce col comporte une portion de 8 kms de route non goudronnée (et en plus du 9% de moyenne) et franchement je ne me voyais pas le gravir.

La grande inconnue avant de partir était bien sûr la météo que nous allions avoir. Pas une seule goutte de pluie durant ces dix jours de vélo ! (une seul fois, il y a eu un orage en fin d'après-midi, à Vars, mais nous étions déjà tous arrivés aux hotels).

Alors, certes, nous avons parfois souffert de la chaleur dans l'ascension des cols, notamment le 4ème jour dans le col de la Ramaz, qui était aussi notre premier col, le 8ème jour dans l'ascension du col de Vars à partir de Guillestre en début d'après-midi (il devait faire 37° en bas à Guillestre) et l'avant dernier jour dans le col de Sempeyre (après l'ascension du col d'Agnel, et avec la fatigue d'un 9ème jour).

 

Mais cela vaut bien mieux que de la pluie dans les descentes. Bref, gants d'hiver, jambières, passe-montagne et cape-gortex sont restés dans les bagages. Et nous avons pu apprécier pleinement chaque jour les paysages magnifiques sous un ciel bleu. 

L'organisation a été parfaite, j'ai été imprésionnée par le dispositif de sécurité avec les motos, les ravitaillements ont tous été de qualité.

 

Et l'ambiance était excellente, et j'espère bien revoir certains participant(e)s. 

 

Tout aurait été donc absolument parfait s'il n'y avait eu dans un hotel de Vars un vol de douze vélos durant la nuit entre le 8ème et 9ème jour. Cela n'était jamais arrivé durant les dix-huit éditions de Paris-Nice et les deux éditions de Paris-Bayonne.

 

Enfin, après notre retour de Nice en TGV, et jusqu'à Fontainebleau en bus, André Leroux nous a tous regroupé avant que nous récupérions vélos et bagages pour nous annoncer une triste nouvelle : un participant, membre du club de Toulon, a eu des spasmes lors du retour en train et est décédé d'un arrêt cardiaque.

 

Il était venu à ce Paris-Nice avec trois autres membres de son club. Il était à la retraite depuis un an. Nous avons tous observé une minute de silence. 

Vous pouvez lire les compte-rendus des étapes et voir les superbes photos de Véra sur le lien suivant : 

 

http://www.aaoc-wissous.fr/PN17/

 

citation de la semaine

 

 "Si je roule à vélo, c'est uniquement parce que je n'ai pas trouvé quoi faire d'autre avec un vélo"Si 

 

P.G